Disney, Second Life et K-pop – Bitcoin

Suite à l’annonce du changement de marque de la société mère de Facebook vers le métaverse, de nombreux projets ont lancé des initiatives similaires dans l’espace virtuel, allant de l’achat d’une propriété au test des limites de ce que cet univers a à offrir.

Visiter Disneyland… dans le Metaverse ?

La société de divertissement à l’origine de certains des parcs à thème les plus populaires au monde a récemment fait approuver un brevet pour un “simulateur de monde virtuel dans un lieu du monde réel”. Bien que le Los Angeles Times ait rapporté que Disney n’avait “aucun projet actuel” d’utiliser le simulateur dans un proche avenir, l’application suggère que les invités de Disneyland et de Disney World pourraient éventuellement voir des attractions Metaverse dans un ou plusieurs des parcs aux États-Unis, Hong Kong, Chine, France et Japon.

Disney World à Orlando, en Floride. Source : Pexels

La technologie fonctionnerait en suivant les visiteurs à l’aide de leurs téléphones portables et en générant et en projetant des effets 3D personnalisés sur des espaces physiques proches, tels que des murs et d’autres objets dans le parc. Selon la demande de brevet, l’éventuelle incursion de Disney dans le Metaverse pourrait “fournir aux utilisateurs des expériences virtuelles 3D individualisées réalistes et hautement immersives sans obliger ces utilisateurs à porter un dispositif de visualisation AR en réalité augmentée”.

La K-pop dans le Metavers ?

Lundi, l’organisateur de concerts Metaverse, Animal Concerts, a annoncé qu’il avait signé un accord avec le réseau Klaytn de la licorne sud-coréenne Kakao dans le cadre d’un plan visant à accroître son exposition à l’industrie du divertissement du pays. Le PDG d’Animal Concerts, Colin Fitzpatrick, a déclaré que “les principaux objectifs de Klaytn sont les NFT et le métaverse”.

“Les limitations techniques interdisent le nombre de personnes pouvant réellement assister à un concert dans le Metaverse”, a déclaré Fitzpatrick, faisant référence à des problèmes d’évolutivité. Il vise à créer un réseau de lieux virtuels sur les plates-formes Metaverse existantes et nouvelles pour accueillir des concerts avec une variété de talents, y compris apparemment des artistes K-pop.

Le créateur de Second Life revient alors que le projet devient méta

Linden Lab, la société à l’origine du monde virtuel en ligne Second Life, a annoncé jeudi que le fondateur Philip Rosedale rejoindrait le projet en tant que conseiller stratégique aux côtés des membres de l’équipe Metaverse de la société de réalité virtuelle High Fidelity basée à San Francisco. Selon la firme, l’ajout des nouveaux et anciens talents faciliterait l’entrée de Second Life dans le Metaverse.

“Les mondes virtuels n’ont pas besoin d’être des dystopies”, a déclaré Rosedale. “La grande technologie offrant des casques VR et créant un métaverse sur ses plates-formes de modification du comportement axées sur la publicité ne va pas créer une utopie numérique magique et unique pour tout le monde.”

Lancé en 2003, Second Life a été l’une des premières expériences de monde virtuel avant la connectivité des plateformes de médias sociaux modernes comme Facebook, Twitter et Instagram. Rosedale a quitté son poste de PDG de Linden Labs en 2008 avant de fonder High Fidelity en 2013. Son retour pourrait marquer une étape importante pour l’intégration de nouvelles idées sur le thème du métaverse dans des plateformes établies :