Le régulateur indonésien interdit aux institutions financières de faire du commerce de crypto – NFT

Le principal organisme de réglementation en Indonésie a dit aux entreprises financières du pays de ne pas faciliter toutes les transactions impliquant la crypto-monnaie. L’organisme de surveillance indonésien a évoqué des préoccupations concernant la volatilité du marché et la protection des investisseurs.

Les fournisseurs de services financiers ne sont pas autorisés à toucher à la crypto

Selon un rapport de Reuters, l’Autorité des services financiers d’Indonésie, Otoritas Jasa Keuangan (OJK), a émis une interdiction interdisant à tous les fournisseurs de services financiers du pays de traiter les transactions cryptographiques et la vente d’actifs numériques. L’agence de régulation a annoncé la nouvelle via une publication Instagram publiée le mardi 25 janvier 2022.

Un extrait de la déclaration se lit comme suit :

“OJK a strictement interdit aux institutions de services financiers d’utiliser, de commercialiser et / ou de faciliter le commerce d’actifs cryptographiques…”

OJK reconnaîtrait la croissance de l’industrie de la cryptographie dans la plus grande économie d’Asie du Sud-Est. Les données du ministère du Commerce montrent que les volumes de transactions impliquant des actifs virtuels ont bondi à 59,83 milliards de dollars (859 billions de roupies) rien qu’en 2021. En 2020, le volume des échanges s’élevait à 4,18 milliards de dollars (60 billions de roupies).

Le principal organisme de surveillance financière d’Indonésie a cependant exprimé des réserves concernant la volatilité du marché et la nécessité de gérer les risques associés aux actifs numériques pour protéger les investisseurs. OJK a également averti les citoyens de se méfier des schémas de Ponzi et des escroqueries cryptographiques lors de leurs investissements.

Malgré l’annonce récente, le trading d’actifs cryptographiques en Indonésie reste autorisé par la loi. Cependant, les crypto-monnaies ne sont pas reconnues comme un moyen de paiement valide et ne peuvent être achetées qu’en tant que véhicule d’investissement, selon les politiques réglementaires publiées par le ministère du Commerce en 2018 et 2019.

Les investisseurs en Indonésie sont autorisés à échanger des devises virtuelles alimentées par la blockchain sur une bourse de matières premières supervisée par l’Agence de réglementation des contrats à terme sur marchandises et le ministère du Commerce.
En outre, le ministère serait en train de développer un Digital Futures Exchange pour fournir une meilleure surveillance réglementaire et offrir une plate-forme de négociation plus adaptée aux investisseurs. L’échange devrait être lancé avant la fin du premier trimestre 2022.

Politiques cryptographiques restrictives en Asie du Sud-Est

Semblable à la décision de l’Indonésie d’empêcher les institutions financières de faciliter les transactions cryptographiques, la banque centrale de Thaïlande, son ministère des Finances et la Securities and Exchange Commission (SEC) du pays ont conjointement émis une interdiction d’accepter les crypto-monnaies comme moyen de paiement pour les biens et prestations de service.

Les régulateurs de Singapour ont également récemment annoncé des politiques empêchant les fournisseurs de services d’actifs numériques de promouvoir leurs installations auprès du grand public.

Ces politiques strictes interviennent alors que l’industrie de la crypto-monnaie en Asie du Sud-Est a connu une croissance significative ces derniers temps. Comme indiqué précédemment par BTCManager, le BCMG Genesis Bitcoin Fund a été lancé en mars 2021 en tant que premier fonds Bitcoin de la région visant à répondre à la demande institutionnelle.

La Banque centrale des Philippines a également délivré des licences opérationnelles à 13 bourses pour commencer à offrir leurs services aux investisseurs en crypto dans le pays.

Comme BTCMANAGER ? Envoyez-nous un conseil !

Notre adresse Bitcoin : 3AbQrAyRsdM5NX5BQh8qWYePEpGjCYLCy4

Une blockchain est le registre public ou la liste de toutes les ventes en crypto-monnaie. Les blocs complétés, assemblé des dernières opérations, sont enregistrés et ajoutés à la chaîne de blocs. Ils sont stockés par ordre chronologique en tant que registre ouvert, permanent et vérifiable. Un réseau peer-to-peer composé de participants à ce marché gère les blockchains et ils accompagnent toute une série de protocole pour concrétiser les nouveaux blocs. Chaque ‘node’ ou ordinateur connecté au réseau télécharge automatiquement une copie de la chaîne de bloc. Cela permet à tous de suivre les transactions sans la nécessité de tenir un registre centralisé.

Laisser un commentaire