Pourquoi les Navajo exploitent Bitcoin – Cryptomonnaie

Avec près de 400 000 personnes, la nation Navajo est l’une des plus grandes tribus amérindiennes des États-Unis. C’est aussi l’une des plus pauvres, avec des statistiques de pauvreté plus proches des pays les moins développés du monde que ses villes voisines de Phoenix, en Arizona, ou de Santa Fe, au Nouveau-Mexique.

Près de 50% des Navajo sont au chômage, 40% n’ont pas d’eau courante, 32% vivent sans électricité et plus de 30% vivent en dessous du seuil de pauvreté, selon un témoignage d’avril 2021 devant le Congrès.

Une cryptomonnaie1, dite aussi cryptoactif, cryptodevise, monnaie cryptographique ou bien encore cybermonnaie2, est une monnaie numérique produite de pair à pair ( actif numérique ), sans nécessité de banque centrale, utilisable a l’aide d’un réseau informatique décentralisé. Elle utilise des outils de cryptographie et associe l’utilisateur aux processus d’émission et de règlement des contrats de vente. dès le neuf mai 2021, selon CoinMarketCap, il existe 5 023 cryptoactifs, ou crypto-monnaies, pour une valeur de 2 031 milliards d’€. Dans « cryptomonnaie », le préfixe « crypto » ( du grec ancien kruptos ( κρυπτός ) : « caché » ) 15 fait référence à l’utilisation systématique de la cryptographie pour encoder les infos. Les institutions, comme les ministres des Finances du G20 ou la Banque de France réfutent le terme de « cryptomonnaie », considérant que les « crypto-monnaies » ne remplissent pas les fonctions d’une monnaie16. Elles utilisent le mot de « crypto-actif ». En France, le mot de « crypto-actif » fait référence à « des actifs virtuels stockés sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs les acceptant en paiement de créer des opérations tout en évitant de recourir à la monnaie légale. »17. Depuis le 1er janvier 2019, le mot juridique et fiscal consacré dans la loi est celui d’actif numérique, qui contient techniquement les « monnaies digitales ». Auparavant, d’autres à propos furent successivement employés par diverses autorités de stabilisation ( voir infra ).

Laisser un commentaire